30 PIGES de LUTTE '' PRO ''

mercredi 9 février 2011

ALEXANDER KARELIN


 
 
 
...................................
 
 
 
 

 
 
Je ne parle pas russe, mais j'ai essayé un tout petit peu d'apprendre aux environs de mes 40 ans ... cela s'est montré trop difficile et j'ai renoncé. Par contre je lis UN TOUT PETIT PEU ! Cette présentation dit que cela sera au cinéma le 18 février (donc, je pense date de la sortie et cela s'intitule tout simplement "CHAMPION
..........................
 
 

Villes particulièrement sportives , CRETEIL et BESANCON organisent de superbes compétitions avec l'approbation de ALEXANDER KARELIN , Lutteur Russe à la carrière hors du commun .
BESANCON vient d'accueillir les Championnats de FRANCE 2011 , et la CRISTO-
LUTTE de réunir comme chaque année l 'élite Internationale .
Beaucoup de Lutteurs "pro" suivent attentivement l'évolution de la Lutte amateur moderne , certains anciens , dont le Président MICHEL SAULNIER et LEON CASI en particulier répondant topujours présent lors du banquet annuel des Anciens Internationaux , qui cette année s'est déroulé à PAU .
Ce blog a beaucoup de plaisir à donner un coup de projecteur sur tous ces évènements sportifs.




 

............................

...................


  • Lutte, 130 kg et plus
    Or: Alexandre Kareline (Russie) Argent: Matt Ghaffari (Etats-Unis) Bronze: Sergueï Moureiko (Moldavie) Qui n'a pas vu de près Alexandre Kareline n'a jamais approché un homme fort. Qui n'a jamais approché ce Russe de Sibérie ne peut pas savoir combien un corps humain peut dégager de puissance. On se remémore alors d'autres grands corps, larges, épais mais il n'y a qu'un géant qui renvoie à des songes de petits garçons où les géants étaient forcément bons.
    Ce géant-là n'est pas très grand (1,92m) et ne toise pas la foule d'une hauteur inhumaine. Il a une tête à la fois rude et douce, un regard très clair que l'on peut capter. Et son corps ne se décrit pas, sinon pour dire que les 130 kg sont assemblés sans graisse apparente, que donc tout ce poids est de chair et d'os, que si ces os sont raisonnablement longs, c'est que la chair s'étend en large. Et en dur. Mais quand il est arrivé, on a surtout vu sa tête, son calme et même un sourire.
    Quand Matt Ghaffari, Américain d'Iran, est apparu ensuite, on a vu un grand et gros homme trottinant, et levant les bras à la manière des catcheurs, pendant que la foule hurlait «USA, USA!». Le géant n'a gagné que d'un point, mais lui seul a été en situation de renverser l'adversaire. Le géant s'était blessé à une épaule, il y a trois mois et avait dû longuement interrompre l'entraînement. Qu'importe. Avant le combat, Youri Korneyev, président de son fan-club, avait dit qu'il pouvait gagner avec une main et même un pied attachés car «il a déja gagné un tournoi en Hongrie sans se servir de son bras droit».
    On raconte qu'Alexandre Kareline s'entraîne dans la neige sibérienne ­surtout quand elle est profonde­ en portant un tronc et qu'il rame cinq heures sans interruption pour se faire les bras. On pourrait bien dire qu'il poursuit de temps en temps quelques fauves courants en Sibérie et il faudrait le croire, car son corps ne le dément pas. Lui dit simplement que son entraînement «est une forme d'autotorture» qu'il accepte parce que dans un sens, il prend «plaisir à cette guerre contre soi-même».
    On raconte qu'Alexandre Kareline, 28 ans, n'a jamais été battu depuis qu'il lutte. Ce n'est pas vrai: le champion du monde russe Rostorotsky l'a vaincu en 1987. Mais c'était dans un tournoi national, et ça ne s'est plus jamais reproduit. Alexandre Kareline n'a jamais été battu dans un combat international, ce qui fait que de 1987 à nos jours, il est champion de tout, de son titre mondial espoir à cette médaille d'or: trois fois champion olympique, six fois champion du monde, neuf fois champion d'Europe, et vu son jeune âge, ce n'est pas fini.
    A cause de cette histoire d'épaule, Matt Ghaffari, qui a paraît-il dans sa chambre un poster de Kareline, pensait bien briser la légende. Il s'en était vanté avant, et persistait après, arguant qu'il s'en était fallu de peu et que de toute façon, vu son âge, 34 ans, c'était sa dernière chance à lui. Mais Ghaffari n'a pas dit qu'il avait été battu vingt et une fois par le géant souriant, et les chroniqueurs ricanaient en se souvenant comment, plusieurs fois déjà, le Sibérien avait empoigné l'Américain pour le balancer par-dessus sa tête, dans ce mouvement que les lutteurs appellent «souplesse» et qui transforme les hommes les plus gros en ballons de plage. Surtout quand c'est Kareline qui joue. Ghaffari peut toujours se consoler en pensant qu'il est le troisième homme à avoir combattu Kareline jusqu'à la limite extrême des huit minutes.
    On raconte que les organisateurs de catch américain ont offert des millions et des millions de dollars pour avoir le Sibérien. Ce qui est vrai, c'est que Georges Young, célèbre recruteur du football américain, aurait pu gagner 2 millions de dollars s'il avait réussi à faire signer Kareline aux Giant's de New York. Ce qui est vrai aussi, c'est que Kareline a tout refusé, puisqu'il continue de vivre dans sa Sibérie natale. Mais les Cow-Boys de Dallas sont prêts à attendre qu'il soit las de la lutte pour l'avoir enfin, quand bien même il ne serait plus tout jeune.
    On dit qu'Alexandre Kareline n'est pas une brute. On en donne pour preuve son penchant pour la poésie russe. Il en écrirait même. Kareline ne confirme ni n'infirme. Il a fait des études de littérature classique, c'est sûr; il est amateur de Bach, Chopin, Chostakovitch et Gershwin et plus encore d'opéra, particulièrement quand il est chanté par Pavarotti. Mais pourquoi les géants, qui ont deux bras, deux jambes et une tête, devraient-ils donner plus que d'autres des gages de culture?
    La légende dit encore que le géant est né comme ça: 7,5kg quand il a poussé son premier vagissement, qu'il a une petite mère et un petit père, pas plus de 1,70m. La légende ne dit pas que Kareline est officier de l'armée russe, car la légende n'en a que faire. De toute façon, s'il faut croire aux merveilles, il n'y a qu'à regarder ce corps, humain à l'extrême .
    ROCHETTE Philippe

     
     
     
     
    https://www.youtube.com/watch?v=0H-g9aEnQsI

    ....................................

    Aleksandr Karelin est la défaite en finale de la super-hommes lourds, lutte greco-Romaine compétition à Sydney en 2000 a été l'un des plus grands chocs dans l'histoire olympique. Karelin est allé dans les jeux comme une écrasante préféré pour l'or, après 13 ans invaincu dans le sport et avoir trois titres olympiques à son nom. Le Russe, qui est considéré comme le plus grand catcheur gréco-Romaine, se heurte à peu connu American Rulon Gardner en finale. Après la bagarre a eu des prolongations, Gardner a réussi à se dégager de l'attentions de son adversaire de taille, dont les mains séparées de la position fermée deux combattants avaient été placées en - ce qui veut dire qu'il a été sanctionné d'un point. Que finalement lui a coûté un record de quatrième or comme gardner a revendiqué une victoire surprise

     

     

     



    In the 2000 Olympic Games Rulon Gardener showed the World how to "Finish Strong!" Proud to call him friend!
    ..............................................





    Légende du nom de Alexandre Carlin Alexander Karelin
    Dragon de Sibérie ou roi de Sibérie ou toute autre chose à propos de son championnat qui dit :
    Moi tous les jours de ma vie à essayer de pratiquer l'intolérance mygz que dalle, mais ceux qui disent Alexander Leo ours petit, même un jour d'essayer et de l'exercice physique ne sont pas fatal !
    Fameux mots Alexander Carlin sur le vaisseau est trop mais on a perdu ses phrases cette offre et choisir un navire chers amis.
    Pour réussir dans la lutte ainsi que toute autre catégorie tu devrais penser à un démon et physique sur l'intégrité physique de la victoireprochaine à atteindre, mais avec cette différence qu'il s'agit d'un processus dans tous les cas et chaque défi que vous avez à le répéter ! Pour réussir dans la lutte, même ne devrait pas négliger toi rester dans le temps, quel genre de tarte, quand est-ce que la pratique et à quelle heure êtes-vous la lecture khvạny !
    C'est était de 15 ans Alexandre Carlin Mayadin international important en séjour sans faute !
    La légende du monde de catch, à l'exception de 12 fois le championnat du monde et des jeux olympiques 13 fois champion d'Europe et héros, bien sûr, c'est l'espoir du monde !
    Il n'était pas important aucun tournois qui sera perdu de Sir Takhti Cup en 1365 à Bandar Abbas shamsi prendre fa pạdvyny à Moscou !
    La fenêtre d'affichage d'or aux championnats mondiaux et des jeux olympiques
    Date opposant des équipes du championnat
    Jeux Olympiques de Séoul en 88 Bulgarie grvfsy anghel
    89 monde suisse lạzhlv klạvts Hongrie
    90 monde Italie Thomas Johannessen Suède
    91 monde varna Matt Gạfạry Amérique
    Jeux Olympiques de Barcelone de 92 Thomas Johannessen Suède
    93 monde Suède Sergei Mvrykv Moldavie
    94 monde Finlande Hector Milian Cuba
    95 monde Prague Sergei Mvrykv Moldavie
    96 Jeux Olympiques D'Atlanta Matt Gạfạry Amérique
    97 monde deke bạrdvs Hongrie Pologne
    98 monde Suède Matt Gạfạry Amérique
    99 monde Grèce Hector Milian Cuba
    Jeux Olympiques de Sydney en 2000 légende avant fin carlin Rolland Gardner en provenance des États-Unis.

     
     

     
    Alexandre Karelin, Alexandr Alexandrovich Karelin ( Russe : Александр Александрович Карелин ) , né le 19 septembre 1967 à Novosibirsk, est un lutteur russe

    Pratiquant la lutte gréco-romaine, il a été le maître de la discipline, demeurant invaincu en compétition internationale entre 1987 et la finale des jeux Olympiques de 2000 de Sydney où il est battu par l'américain Rulon Gardner. Cette domination est telle que lors des six dernières années de sa domination, aucun adversaire n'a réussi à lui prendre un point.

    Sa domination est due à un physique extraordinaire, une force herculéenne alliée à une grande souplesse et vivacité. Lutteur reconnu pour sa droiture, il est choisi dès 1988 pour être porte-drapeau de la délégation soviétique lors des jeux de Séoul. Il aura finalement concouru aux jeux sous trois couleurs, le drapeau soviétique en 1988, puis les couleurs de la CEI en 1992 à Barcelone, avant d'avoir de nouveau l'honneur de rentrer dans un stade olympique en tête de sa délégation, russe cette fois. Ces participations olympiques lui ont offert trois médailles d'or et une médaille d'argent. Son palmarès est complété par neuf titres mondiaux.
    ...............................................
     
    Afficher l'image d'origine

    ................................